Vous êtes ici

Un vote pour Stop Vivisection

  • L'Initiative citoyenne européenne (ICE) est l’instrument de participation directe des citoyens à l'activité législative de l'Union européenne. Il permet, grâce au soutien d’au moins un million de citoyens, d’indiquer à l’UE un parcours législatif à suivre, légalement contraignant.

  • 1.340.000 citoyens européens ont signé l’ICE STOP VIVISECTION pour obtenir – par le bas* – l’abandon total de l'expérimentation animale au profit de modèles de recherche scientifique de pointe et fiables.

  • L'expérimentation animale repose sur une grave erreur scientifique en considérant comme prédictifs pour l'homme les tests effectués sur d’autres espèces ; elle représente par conséquent une méthode inefficace pour protéger notre santé et préserver l’environnement auquel notre santé est d’ailleurs étroitement liée.

  • L'expérimentation animale est également une pratique cruelle qui concerne en Europe des dizaines de millions d'animaux chaque année, en contradiction avec l'art. 13 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne, selon lequel les animaux sont des êtres sensibles et, comme tels, doivent être protégés.

  • Le Parlement européen et la Commission Européenne qui prendront place après les prochaines élections seront tenus d’organiser une audition publique pour entendre les arguments et les propositions de STOP VIVISECTION. Suite à cela, la Commission Européenne fournira une réponse officielle, expliquant les mesures qu’elle entend mettre en œuvre pour donner suite à la requête de plus d’un million de citoyens.

  • La nouvelle composition du Parlement Européen, et donc de la Commission Européenne, sera déterminante pour le devenir de STOP VIVISECTION et d’une recherche scientifique affranchie des aberrations de l'expérimentation animale. Aussi, sur le front crucial de la santé humaine et du bien-être animal, se jouera la crédibilité des Institutions européennes, appelées à une ultime tentative pour restaurer le lien avec les citoyens et leurs revendications.

  • Aux Etats-Unis, sur la recommandation de la «National Academy of Sciences», un changement radical a été opéré en matière de recherche biomédicale et toxicologique, visant au remplacement de l'expérimentation animale au profit de technologies alternatives pertinentes pour l'homme. Des financements substantiels sont alloués depuis 7 ans à ce programme révolutionnaire (voir ToxCast 21).

  • En Europe, rien de tout cela. La directive 2010/63/UE défend et encourage ce modèle animal peu fiable, en ne rendant pas obligatoires les tests sans animaux, même ceux déjà validés. Quant à la réglementation REACH, adoptée en 2007 pour évaluer la toxicité de 30.000 produits chimiques qui menacent l'environnement et la santé humaine, sa mise en œuvre met en évidence aujourd'hui d’énormes failles : bien que REACH invite à utiliser, dans la mesure où elles sont disponibles, les méthodes non animales, dans les faits, par inertie ou incapacité, cela ne se produit pas. L’utilisation exclusive et massive de tests sur des animaux fait de REACH une farce risquée et très coûteuse.

Pour ces raisons, nous demandons à tous les candidats au Parlement européen de déclarer leur engagement à soutenir STOP VIVISECTION et à prendre, au niveau européen, la voie de l’abandon complet de l'expérimentation animale.
Pour signer l’engagement, il suffit d’envoyer un courrier électronique à stopvivisection@stopvivisection.eu, en indiquant nom, prénom, pays, circonscription et liste d'appartenance.

Les noms de tous les candidats signataires seront publiés sur la page officielle du site www.stopvivisection.eu. Les adhésions seront diffusées à travers les medias et réseaux et constitueront une indication claire de vote pour de nombreux citoyens désireux de mettre un terme aux dommages causés par l'expérimentation animale et à l’obstacle qu’elle représente pour le progrès scientifique et l’éthique.